John O’Malley, L’évènement Vatican II

Titre : L’évènement Vatican II,
Auteur : John O’Malley
446 pages
Voir la fiche amazon

Pour les 50 ans du début du Concile Vatican II ces jours ci, je me suis plongé avec de plus en plus de jubilation à la lecture du le livre de John O’Malley, L’évènement Vatican II, Lessius, coll. «La part-Dieu», 2012, 448 pages,ce livre nous décrit d'une part l'état de l'église et la papauté des année précédentes, avec ses raidissement face aux découvertes des sciences historiques et touchant la bible, face aussi a la société plus démocratique, restant elle, très monarchique et verticale depuis Vatican I et infaillibilité papale,Puis par la suite en 1 chapitres par session du Concile qui en a connu 4, durant 4 ans,L'auteur nous décrit jours après jours son vécu, ses luttes aussi bien sur les personnes mais surtout les thèmes et propositions de textes avec une analyses des conséquences et pour corser le tout ,une écriture en récit comme un roman policier qui nous accroche, Pour mieux vous en parler je vais vous cité les textes d'analyse du livre, en commençant par la Quatrième de couverture du livre ,je cite

»Le concile VaticanII est sans conteste un événement religieux majeur du XXesiècle. Il a profondément transformé l'Église catholique, dans son rapport au monde comme dans la compréhension qu'elle a d'elle-même.

John O'Malley nous en retrace le déroulement, en le situant dans son contexte historique et théologique. Depuis l'annonce par JeanXXIII de la tenue d'un concile, le 25janvier 1959, jusqu'à la célébration de clôture, le 8décembre 1965, il nous fait revivre pas à pas les grands débats conciliaires, le travail des commissions et les relations parfois difficiles entre le pape et l'assemblée des évêques. Il met particulièrement bien en évidence les différents «courants» qui s'y sont affrontés, en évitant toute caricature et en dépassant la lecture simpliste d'une opposition entre progressistes et conservateurs.

À l'occasion du cinquantième anniversaire de l'ouverture du Concile, ce parcours passionnant et tout en nuances permet de mieux comprendre les débats qui habitent encore l'Église aujourd'hui.»

fin de citation, Puis je laisse la parole a des analyses du livre qui me paraisse pertinente et mieux écrits que je le peux moi même et d’abord de

De Laurent Villemin, je cite «Ce livre réjouira les plus anciens qui retrouveront l’histoire passionnante des débats de Vatican II comme s’ils y étaient. Il passionnera aussi les générations plus jeunes et les aidera à saisir comment et pourquoi le concile Vatican II fut (et reste ?) un véritable événement. Ce sont d’abord des talents d’historien que déploie John O’Malley, jésuite, professeur d’Histoire de l’Église à l’Université de Georgetown à Washington. Tout l’ouvrage est conçu selon un plan chronologique. Après avoir restitué le contexte historique et théologique du concile Vatican II, l’auteur fait revivre pas à pas les grands débats conciliaires, depuis l’annonce de la convocation par Jean XXIII le 25 janvier 1959, jusqu’à la célébration de clôture le 8 décembre 1965. Les différents « courants » qui parcourent le concile sont mis en lumière avec force mais nuance : on découvre que les oppositions trop simplistes entre minorité et majorité ou entre progressistes et conservateurs sont inopérantes pour comprendre les déplacements progressifs dans l’assemblée. John O’Malley n’a pas son pareil pour évoquer et montrer les relations complexes entre le pape et l’Assemblée conciliaire. On lit à propos de Paul VI : « Il se comporta parfois comme un père conciliaire ordinaire, parfois comme le directeur du concile, parfois comme un frein, parfois comme un acteur du consensus, parfois comme un arbitre des conflits de procédure dont il lui arrivait d’être responsable, parfois comme interprète du sens du concile, parfois comme garant de son orthodoxie et parfois comme rival de son autorité. »

fin de citation Enfin je vais vous donné le texte ,car bien dit ,du blogue de Christophe Delaigue ;Prêtre du diocèse de Grenoble-Vienne (Isère), ordonné le 26 juin 2005, en ministère dans le Haut-Grésivaudan, notamment en charge de la paroisse Ste Thérèse de l'E.J., et membre de l'équipe diocésaine à l’œcuménisme.IL écrit ,après avoir lu le livre , le Mercredi 1 août 2012

je cite «John W. O’Malley, est jésuite, américain. Spécialiste de l’histoire des conciles, il s’est intéressé très tôt au concile Vatican II, dès ses années d’études en théologie, à Rome, en plein concile justement. Depuis lors il n’a cessé de travailler et d’écrire sur ce que beaucoup considèrent comme l’évènement du XX ème siècle, pour l’Eglise mais plus largement pour le monde si l’on considère l’ampleur du travail, le nombre de personnes rassemblées, la durée elle-même du concile et les nombreux impacts et effets qu’il eut, dans l’Eglise catholique, pour les autres Eglises et dans le rapport de l’Eglise au monde. Ce livre passionnant à bien des égards, théologiquement et historiquement, propose de nous faire vivre les débats du concile. D’en comprendre les enjeux, les intuitions, les questions, mais également les combats, les doutes, mais encore les chemins ouverts. Mais n’est-ce pas un livre de plus au milieu de tant d’autres ouvrages? Dès les premières pages, l’auteur nous répond: «parmi la quantité de volumes sur le Concile que l’on peut trouver en librairie, il manque un livre de base sur le sujet. Par «livre de base», j’entends un compte-rendu bref et lisible, qui réalise trois objectifs. Premièrement, fournir le fil historique essentiel, qui va du moment où le pape Jean XXIII annonça la tenue du Concile, le 25 janvier 1959, jusqu’à sa conclusion, le 8 décembre 1965. Deuxièmement, replacer les thèmes émergeant de ce récit dans leur contexte aux sens large et plus étroit, historique et théologique. Troisièmement, fournir quelques clés qui permettent de saisir ce que le Concile espérait mettre en œuvre. Tel est l’espace vide sur les rayonnages que j’espère combler en écrivant le livre.» Le triple objectif est atteint, magistralement. Mais je ne suis pas sûr de classer l’ouvrage dans les «livres de bases»! C’est une somme! Une belle somme! Une petite somme, rassurez-vous (seulement 448 pages!). Un Vatican II expliqué à ceux qui ne l'ont pas vécu de Daniel Moulinet, aux Editions de l’Atelier, est un «livre de base» et même «de vulgarisation», comme son Vatican II… tout simplement, aux même éditions de l’Atelier. Le livre-récit de Christine Pedotti dont j’ai déjà fait écho sur ce blog, courant juin, La bataille du Vatican, chez Plon, en est également même s’il est au moins aussi long mais se lisant comme un roman puisque les évènements sont ainsi racontés. Là, avec O’Malley, il s’agit véritablement d’une synthèse historique et théologique, simple car assez facile à lire, mais complète et fouillée, dense parfois. Et c’est passionnant! Les premiers chapitres paraîtront peut-être un peu long à qui veut se plonger dans le concile lui-même car ils racontent, expliquent et analysent le contexte large, notamment toute l’histoire du XIXème siècle. Mais on se rend compte après coup combien c’était important de faire ce détour! Le reste des presque 500 pages suit le déroulement des sessions du concile et intersessions, le long développement de l’histoire de la rédaction des seize documents conciliaires et des débats souvent houleux qui les virent naître. Comment le concile put-il produire tout cela? Plus on avance dans la lecture du livre plus on comprend que le résultat tient presque ’au miracle! Ou à l’action de l’Esprit Saint! Plus on comprend aussi combien ce concile est bien un évènement, un grand évènement, qui a façonné et profondément modifié, positivement, notre Église, en ce qu’elle est, en ses fonctionnements institutionnels, et dans son rapport au monde. Même si nous avons parfois l’impression de raidissements ou de retours en arrière. Rappelons-nous à ce propos que nous ne sommes que quelques cinquante ans après, que l’évènement est tel qu’il faut le recevoir, petit à petit, dans les suites des combats qu’il y eut au cours de certains débats. Pas étonnant que la réception ne se fasse pas en un clin d’œil, sans questions, sans tâtonnements. Même si force est de constater qu’elle a bien eu lieu, que le concile façonne véritablement notre vivre ecclésial actuel, et donc qu’il est reçu. Toutes les espérances du concile n’auraient pas vu le jour? Ce livre nous permet de mesurer le pourquoi de cela au travers de l’histoire et des questions qui traversèrent l’évènement. En tout cas cet ouvrage «permettra au lecteur de voir plus clair dans ce qui s’est passé – et dans ce qui ne s’est pas produit»; tel est le vœu final de l’auteur; il est pleinement réalisé, en tout cas pour moi! Encore un mot: la question de la collégialité, des évêques, et de l’articulation de celle-ci à la primauté du pape, est vraiment la question centrale de ce concile. J’en suis encore plus convaincu après ma lecture d’O’Malley. Cette question a traversé les débats mais aussi les travaux et les procédures de travail du concile lui-même. C’est passionnant de s’en rendre compte à ce point là. D’autant plus que cette question centrale l’est toujours pour la vie de notre Église catholique aujourd’hui, ad intra, mais aussi dans les débats œcuméniques. Je n’oublie pas que l’autre grande question est celle du dialogue et du rapport au monde. Les pages de l’ouvrage d’O’Malley sont elles aussi traversées par cette grande question toujours d’actualité. Une autre bonne raison de se plonger dans ce livre fort stimulant."

«fin de citation

Oui Le concile Vatican II nous a ouvert les écriture en notre langue chaque jours dans sa nouvelle liturgie pour nous pousser a vivre la sainteté pour tous. Il nous a ouvert les yeux sur le monde et sur toutes ses religions pour entrée en dialogues de manières positifs et non critique et condamnant comme avent.Il nous a tracé ,non seulement pour le clergé et religieux ,un chemin quotidien avec Jésus vers l'éternité.Mais surtout se livre décrit a chaque page se changement de l'enseignement de l'église catholique ,en décrivant comment cela a été périlleux par l’opposition d'une minorité qui été au centre du Vatican. Il nous amène a une action de grâce pour se renouveau qui vient d'un retour aux source de l'église.Enfin a chacun de s'engager a vivre dans nos vie cette enseignement en relisant les textes du Concile comme je le fais en cette été et a se plonger dans se livre précieux de John O’Malley, L’évènement Vatican II, Lessius, coll. «La part-Dieu», 2012, 448 pages, Paul Mandonnaud

http%3A%2F%2Freflexions.mandonnaud.net%2Flivre-l-evenement-vatican-II.php