de mon enfance à montessori a se jours

Dans ma famille, au plus lointain souvenir, je me vois avec mes frères et soeurs chaque soir à genoux devant un crucifix ou la crèche faire notre prière avec nos parents. Il y avait souvent un prêtre, un très pauvre, un artiste ou un représentant du métier(bazar)de mon père présent à table le midi ou le soir.

Quand j'allais en vacances chez ma grand-mère paternelle à Floirac dans le Lot, elle nous invitait à dire le rosaire le soir avant de se coucher, car elle était tertiaire dominicaine, et dans le reste de l'année elle m'invitait à des récollections de dominicains pour le tiers-ordre. C'est à cette occasion que j'ai écouté le Père Chery, responsable en plus du dialogue avec les sectes. Elle m'amenait en pèlerinage à Lourdes,Ars, Strasbourg, Domrémy. Et bien sûr aussi au couronnement de Marie et à la prière du mois de Mai.

A l'école Montessori la vie d'écolier et la vie religieuse étaient très imbriquées dans la journée. Au milieu des locaux il y avait une chapelle en carton de notre taille, où on pouvait fabriquer des vitraux, dire la messe avec un autel à notre taille ainsi que de petits calices, et très jeune j'ai écrit en script mon missel à la main et je l'ai relié. Durant le carême, au milieu de l'école on avait une maquette de Jérusalem et une autre de Rome et ses églises, et chaque jour avec des santons les professeurs nous jouaient les évangiles jusqu'à la passion et résurrection. Ensuite on allait à la cathédrale voir les offices de la semaine sainte, en ayant avant répété les chants grégoriens en latin.

J'ai fait ma première communion le 24 juin 1948 (j'ai encore l'image) à 6 ans avec le désir du martyre avec Jésus présent avec moi comme les saints à Rome, et d'être ami de Jésus pour aller à Jérusalem avec lui dans le temple. Mais j'étais aussi convaincu de mon indignité et du pécheur que j'étaisavec lasensualité de cet âge. Aussi quand l'abbé Fayaut à 8 ans m'a demandé si je voulais être prêtre, car je lui servais la messe chaque jour et j'aimais prier les yeux fermés pour mieux écouter la parole de Dieu ou la messe, je lui ai dit que je ne m'en sentais pas digne. C'est l'abbé Jacques Glangeaux qui était l'aumônier de l'école Montessori et qui déjà me préparait pour ma première communion avec un suivi de notre évêque Mgr Rastouil. Déjà en 1948 nous avions eu l'autorisation de messe face au peuple, en français, au milieu de notre école, bâtie en carton dans une usine où l'on recueillait la laine de mouton à côté. Ces messes me marquaient beaucoup et j'ai ainsi appris par cœur le début de l'évangile de Jean, dità la fin de chaque messe : "Au commencement était le Verbe..."

Ma confirmation a été faite le 9 juin 1952 (j'ai encore l'image) avec mes deux frère et sœur plus jeunes à ste Thérèse de l'Enfant Jésus. J'avais 10 ans et la trouille de ne pas savoir répondre aux questions du vicaire général, l'abbé Besse, devant notre évêque.

Durant les vacances on allait en Creuse à Sardent,la paroisse de l'abbé Glangeaux. (Chabrol, originaire du village, y tourna son premier film,"Le beau Serge".) Nous, on venait faire de l'évangélisation en jouant la passion dans les églises et les bars, nous étions près de 12 jeunes dans son presbytère, et j'ai des bons souvenirs du silence plein de Dieu dans les heures du jeudi saint, de nuit, chacun à son tour de veille.

Dans cette enfance Jésus était très présent pour moi.Aussi a 21 ans quand je me suis convertie, j'ai renoncer à la gloire qui se présenter pour moi en danseur étoile, a la vie caché avec Jésus que j'ai eu la grace de vivre depuis 1968 à LIMOGES. DEO GRACIAS.

2emme partie

Quand je me suis converti à 21 ans en rencontrant à l'église St Séverin à Paris un prêtre en prière et où l'amour qui le traversait m'a paru la présence du Dieu Vivant . je me suis posé la question : comment vivre de ce même contact avec Dieu?

Un autre prêtre dominicain le Père Cocagnac nous invitait, pour choisir de vivre en chrétien pour de bon, de voir en deux jours la différence entre une vie comme le monde et une vie comme l'évangile nous le propose. et les deux soirs de faire le bilan comme si cela était notre dernière journée de vie.

Ce que j'ai fait, et le jour où j'ai mis en pratique les paroles de l'évangile (visiter des malades, prier, donner quand on me le demandait, pardonner du fond du coeur etc etc) ce soir là j'étais tellement heureux de mourir pour rejoindre Dieu que j'ai pris la décision de changer ma vie selon cette option.

Après un examen de conscience j'ai compris que ma vie actuelle était dans le péché et je suis allé me confesser à fond, alors en recevant Jésus dans l'eucharistie après, l'amour m'a inondé.

J'ai alors lu les évangiles pour les vivre et j'ai rencontrer cette parole dans "Evangile de Jésus-Christ selon saint Jean (Jn 14, 23-26)

14

"23 À l'heure où Jésus passait de ce monde à son Père, il disait à ses disciples : « Si quelqu'un m'aime, il restera fidèle à ma parole ; mon Père l'aimera, nous viendrons chez lui, nous irons demeurer auprès de lui.

24Celui qui ne m'aime pas ne restera pas fidèle à mes paroles. Or, la parole que vous entendez n'est pas de moi : elle est du Père, qui m'a envoyé.

25Je vous dis tout cela pendant que je demeure encore avec vous ;

26mais le Défenseur, l'Esprit Saint que le Père enverra en mon nom, lui, vous enseignera tout, et il vous fera souvenir de tout ce que je vous ai dit."

Ainsi chaque fois que l'on met en pratique les parole de l'évangile, l'amour qui nous anime s'est Dieu tout entier qui nous visite avec sa présence d'amour.

Pour compléter j'ai vu que le coeur de cette parole c'était le sermon sur la montagne de st Mathieu a mettre impérativement en pratique en se faisant violence et malgré nos milieux de vie.

et tout l'évangile de st Jean qui sont les confidences de Jésus.

De danseur, j'ai choisi de devenir menuisier pour vivre l'expérience de Jésus et st Joseph. Et d'être un patron qui serve et défende la justice.

Je suis revenu vivre en Limousin ma foi car je voulais rendre a ceux qui enfant m'avaient permis cette intimité avec Jésus a l'école Montessori .

Et a l'église st Michel à Limoges j'ai compris qu'il est plus important de témoigner de Dieu et de faire de sa vie pour mes frères un témoignage de foi, espérance et charité que d'avoir toutes les gloires que la danses me promettaient.

Aussi mes choix d'engagements ont toujours été pour vivre une parole d'évangile afin d'être en présence par Jésus du Père car ce fut le but de Jésus : révéler son Père, son amour, sa miséricorde et je voulais être son disciple.car Jésus nous fait aimer son Père si grand et infini, si miséricordieux et attentif aux plus petits que l'Esprit Saint en nos coeurs quand nous élevons notre foi au delà du créé nous fait dire "papa" avec sureté.

Ainsi;

Pour vivre 'j'étais étranger et vous m'avez accueilli", je me suis engagé dans "peuple solidaire" et 1% tiers monde", puis avec la maison des droits de l'homme dont je fus un des fondateurs.

Pour vivre "heureux les pauvres" j'ai choisi de les servir et leurs redonner leur place et dignité en m'engagent avec ATD Quart-monde et en ayant dans mon entreprise des apprentis de milieux modestes et quelques ouvriers en insertion.

Pour vivre"j'étais en prison et vous m'avez visité" j'ai choisi d'accueillir des personnes en prison et en même temps dans mon entreprise pour travailler ou apprendre, puis aller en entreprise d'insertion ou on est allé avec les prisonniers refaire leurs cellules dans la prison de Limoges puis les accueillir dans l'entreprise d'insertion.

pour vivre" j'étais malade est vous m'avez visité" je me suis engagé à Chastaing pour visiter à l'aumônerie et aussi avec les brancardiers amener les personnes âgées et malades à la messe.

pour vivre "j'étais étranger et vous m'avez accueilli "je suis aller à la maison des droits de l'homme dans le réseau des sans papiers prendre un parrainage pour accueillir les personnes étrangers sans papiers pour les défendre et leurs trouver papiers et emplois..

Pour mieux défendre les étrangers et aussi pour comme le dit la bible, protéger la terre pour nos enfants comme le recommandait Jean-Paul II en écologie , j'ai adhéré au parti Vert ou je suis reconnu comme catho pratiquant et écouté.

Pour vivre "j'étais dehors et vous m'avez logé" je suis rentré dans une association familliale et suis devenu administrateur aux HLM départementaux ODHAC dans la commission d'attribution et celle des impayés , défendre les exclus et toutes les familles pour le logement.

Pour soutenir les plus pauvres du monde entier et défendre la justice en France et donner des arguments économiques à la nécessité de plus de justice, comme le dit Jésus "bienheureux les assoiffés de justice ils seront rassasiés" j'ai adhéré à mon syndicat d'artisans "CAPEB" puis à ATTAC.

Maintenant que je suis à la retraite.Depuis 2013 je vais le samedi midi servir" à la bonne assiette"restaurant au repas à 1.5 euros pour les personnes pauvres(dont certain personnes dans la rue ou personnes et familles avec enfants immigrés et sans papiers et leurs amis)avec l'aide de la banque alimentaire ,repas chaud servir a l'assiette avec soupe entrés,plats avec viande et légumes fromages,dessert et café.Je me fais de bons amis,l'association qui orgnanises ces repas de tout les jours matin midi et soir"le colectif 87" et oecuménique et multiassociatif,les serveurs 6 par repas sont bénévoles les 3 cuisiners par repas sont salariés.Le locals est donné par la mairie,le comble il est rue adolphe Mandonnaud rue de mon grand père déporté,il y a aussi le local de la danse du conservatoire régionale et le syndicat cfdt???le hasard de la vie!!!!

Et comme me le recommande l'évangile aussi, je prends matin et soir en ma chambre de long temps de prière et de louange et d'intercession.

J'ai aussi pour trouver les sources de l'amour miséricordieux de Jésus et le rencontrer, ce dont j'ai besoin avec mes péchés et faiblesses nombreuses je vais tout les mois en réconciliation et me confesser avec un directeur spirituel dans l'obéissance.

Et avec l'Eglise et pour elle et la gloire de Dieu je chante ou dit des morceaux du bréviaire chaque jour, à l'église ou chez moi.

Tout cela je le vis avec mon épouse Jacqueline qui partage ma foi et avec qui je prie chaque jour en méditant depuis 40 ans les textes bibliques proposés par Taizé, elle est pour moi un modèle de vie de charité et d'attention aux autres, de sens de la justice et de courage d'engagement auprès des plus pauvres, et j'aime écouter ses conseils ou remontrance toujours juste face a mes défauts. Avec elle nous avons eu 4 enfants et actuellement 7 petits enfants que nous aimons, et tous les jours nous demandons a St joseph et a Jésus enfant de nous aider a les élever..

Je fais aussi attention à cultiver mes talents naturels, danse ou peinture, mais en toutes choses et pour démarrer j'ai pris l'habitude d'invoquer l'Esprit Saint de Jésus et du Père car sans eux on ne peut rien faire selon le plan de Dieu.

Cela n'enlève pas les épreuves, douleurs ou tentations mais en suivant les pas de Jésus en tous ses moments il est toujours présent même et surtout quand on ne le sens pas mais que comme me l'a enseigné la petite Thérèse de l'enfant Jésus. On reste dans la confiance dans la nuit de la foi car Jean Paul II le disait dans son beau livre sur la foi selon Jean de la croix, la communion au Père est la plus complète dans cette nuit.

L'age mûr arrivant j'apprécie de plus en plus, la solitude et le silence, les instants devant le saint sacrement seul, ou devant un paysage de la nature dans l'écoute et l'attention , se sont des moments de grandes présence et confiance en Dieu.

Oui jésus j'ai confiance en toi, a tous tu nous prépares une place et avec toi par ta passion nous irons te rejoindre auprès du Père.

dans se cadre voila la base de ma morale;

Voila mon espérance....Paul Mandonnaud

http%3A%2F%2Freflexions.mandonnaud.net%2Freflexion-ma-vie-de-croyant.php