Mystère douloureux 1 : Jardin d'agonie

LUC 22,39-46
Après être sorti, il alla, selon sa coutume, à la montagne des Oliviers. Ses disciples le suivirent.
Lorsqu'il fut arrivé dans ce lieu, il leur dit: Priez, afin que vous ne tombiez pas en tentation.
Puis il s'éloigna d'eux à la distance d'environ un jet de pierre, et, s'étant mis à genoux, il pria,
disant: Père, si tu voulais éloigner de moi cette coupe! Toutefois, que ma volonté ne se fasse pas, mais la tienne.
Alors un ange lui apparut du ciel, pour le fortifier.
Étant en agonie, il priait plus instamment, et sa sueur devint comme des grumeaux de sang, qui tombaient à terre.
Après avoir prié, il se leva, et vint vers les disciples, qu'il trouva endormis de tristesse,
et il leur dit: Pourquoi dormez-vous? Levez-vous et priez, afin que vous ne tombiez pas en tentation.

Les Évangiles donnent une grande importance aux mystères douloureux du Christ. Depuis toujours la piété chrétienne, spécialement pendant le Carême à travers la pratique du chemin de Croix, s'est arrêtée sur chaque moment de la Passion, comprenant que là se trouve le point culminant de la révélation de l'amour et que là aussi se trouve la source de notre salut. Le Rosaire choisit certains moments de la Passion, incitant la personne qui prie à les fixer avec le regard du cœur et à les revivre. Le parcours de la méditation s'ouvre sur Gethsémani, où le Christ vit un moment particulièrement angoissant, confronté à la volonté du Père face à laquelle la faiblesse de la chair serait tentée de se rebeller. À ce moment-là, le Christ se tient dans le lieu de toutes les tentations de l'humanité et face à tous les péchés de l'humanité pour dire au Père: « Que ce ne soit pas ma volonté qui se fasse, mais la tienne! » (Lc 22, 42 par). Son “oui” efface le “non” de nos premiers parents au jardin d'Eden.

Jean Paul II

Après avoir révélé son amour pour tous les hommes, sa volonté d'unité pour ses disciples et s'étant donné par l'eucharistie, iJésus va en cette grotte du mont des Oliviers accomplir ce qu'il a promis, être au coeur du mal et des souffrances pour les vivre avec tous les hommes, et dans son immense amour anéantir la vengeance dans une parfaite non-violence. Jusqu'au bout il ne va qu'aimer, et en mesurant toutes les conséquence de ses péchés les suporter et purifier les hommes pécheurs. Pour lui, durant ce temps de la passion, temps du don de soi, ceci est vécu dans la prière.

Sa prière rejoint dans un point focal toutes les prières de l'humanité face à la peur de la mort, face aux épreuves, aux souffrances annoncées , face à la faiblesses de la chair pour résister dans la prière à toutes les tentations, les angoisses,  les faiblesses et le sommeil. Seul, il tient pour nous tous.

Sa prière sera ce qu'est l'amour avec l'Esprit Saint, le lieu où se concentre tout ce que révèle l'Esprit Saint comme péchés aux hommes, et que les hommes refusent de fuir et accomplissent quand même. Tous les péchés se présentent à Jésus qui veut les effacer par son amour, dans la souffrance, les prendre sur lui, nous permettre d'en sortir pour renaître à l'Amour avec le Père Saint. Avec le Démon qui lui dit "Cela, ces crimes, ces saloperies, tu les prendras aussi ... jusque-là..." Et Jésus dit " oui", malgré sa répulsion extrême, lui le Saint. Et le détail de tant de souffrances lui est présenté, lui si sain. Sa prière va continuer : après avoir été voir les Apôtres et les avoir encouragés à prier,  il va voir tout ce que les hommes d'Église vont faire à tous, ce que sa présence eucharistique va supporter dans le temps. Pour l'assumer et dans une sueur de sang, toutes les souffrances qu'il va devoir vivre pour tout cela et les souffrances de tous les hommes que son âme va partager durant sa passion, souffrant jusqu'à la fin du monde, pour que Lui il soit proche de nous aussi, quoi qu'il arrive. Afin que s'accomplissent pour lui les conséquences de " ce que vous faites à ces petits c'est à moi que vous le faites".

Écrasé dans sa prière , il va avoir le soulagement de voir en prémonition l'amour, l'aide, l'offrande des hommes, les saintes qui voudront partager avec lui ses souffrances, sa prière. Et des anges lui donnent la force de vivre cela sans mourir et pouvoir tenir durant sa passion."Aliment du Ciel".

Fort de ce courage, il voit venir ceux qui viennent l'arrêter, et pour ne pas fuir ce qu'il a vu et accepté, il va au devant de sa mort, en homme libre qui donne sa vie et sait qu'il pourra la reprendre. Du fond de la mort âpre il nous a tracé le chemin qui monte à Dieu. Il se donne, pour dire jusqu'où doit aller l'amour quand il est vrai. La haine croit être triomphante par la souffrance imposée dans sa méchanceté, car elle sait que jusque-là, la souffrance (l'eau) a éteint l'amour (le feu). Mais elle ne voit pas que le feu d'amour est Jésus Dieu. Il va avoir tant d'amour, de pardon, de patience, que toutes ces souffrances assumées vont être transformées en source de Salut (que le feu plus puissant fait de l'eau de la vapeur qui s'élève et nettoie tout), en action de grâce, en confiance absolue, en don de soi qui crée le passage de la vie à la vie éternelle sans voir la mort. Quant à Jésus, pour libérer les pécheurs endurcis, après sa mort il connaîtra le passage par la descente aux enfers, là où tous ont désespéré, lui gardera confiance au Père qui lui a donné pouvoir de donner sa vie et de la reprendre en ressuscitant en son âme et en son corps spirituel, et il délivrera le samedi saint des âmes avec la prière de l'Église.

Durant ce mystère , demandons à Jésus de rester près de son coeur, éclairé par l'Esprit Saint, pour voir nos actes et ceux de nos frères dans sa lumière, pour ne pas être égaré dans le péché par son plaisir et ses attraits. Et demandons le courage de le suivre en vrais amis qui auront le courage de partager ses épreuves. Et quand nos frères pauvres ou riches seront abîmés par le péché ou broyés par les événements du monde, regardons-les comme Jésus qui est en eux, sachant que tout ça est pardonné et lavé et qu'ils peuvent, par le sacrement de pénitence, redevenir des fils de Dieu toujours aimés, joyeux et purs. Sachons que durant les catastrophes ou malheurs, Dieu amour a choisi avec Jésus d'être en eux et avec eux, malgré tous les événements ou maladies qu'ils ne maîtrisent pas.

Paul Mandonnaud et dominique Pillet

http%3A%2F%2Freflexions.mandonnaud.net%2Frosaire-douloureux-agonie.php