ROSAIRE

Le rosaire est en quatre parties (cliquez sur celle de votre choix pour y accéder) :

Mystères joyeux

Mystères de lumière

Mystères douloureux

Mystères glorieux

Pour bien réciter votre Rosaire (III)

Le bienheureux Alain de la Roche et d'autres auteurs, entre autres Bellarmin, racontent qu'un bon prêtre conseilla à trois pénitentes qu'il avait, et qui étaient toutes trois soeurs, de réciter tous les jours dévotement le Rosaire, pendant un an, sans y manquer, pour former un bel habillement de gloire à la sainte Vierge, et que c'était un secret qu'il avait eu du ciel.

Toutes les trois soeurs le dirent pendant un an. Le jour de la Purification, sur le soir, lorsqu'elles étaient couchées, la sainte Vierge, accompagnée de sainte Catherine et de sainte Agnès, entra dans leur chambre, revêtue d'un habit tout brillant de lumière, sur lequel il y avait de tous côtés écrit en lettres d'or: Ave Maria gratia plena. La Reine des cieux approcha du lit de l'aînée des soeurs et lui dit: «Je vous salue, ma fille, qui m'avez si souvent et si bien saluée. Je viens vous remercier des beaux habits que vous m'avez faits.» Les deux saintes vierges qui l'accompagnaient la remercièrent aussi et toutes trois disparurent.

Une heure après, la sainte Vierge, avec ses deux compagnes, vint encore dans la chambre, habillée d'un habit vert, mais sans or et sans lumière, approcha du lit de la seconde soeur, la remercia de cet habit qu'elle lui avait fait, en disant son Rosaire. Mais comme cette seconde soeur avait vu la sainte Vierge apparaître à sa soeur aînée avec beaucoup plus de brillant, elle lui en demanda la raison. «C'est, lui répondit Marie, qu'elle m'a fait de plus beaux habits, en disant mieux son Rosaire que toi.»

Environ une heure après, la sainte Vierge apparut une troisième fois à la plus jeune des soeurs, habillée d'un haillon sale et déchiré et lui dit: «O fille, vous m'avez ainsi habillée, je vous en remercie.» La jeune fille, couverte de confusion, s'écria: «Et quoi ! ma maîtresse, je vous ai si mal habillée, je vous en demande pardon. Je vous demande du temps pour faire un plus bel habit, en récitant mieux mon Rosaire.»

Saint Louis-Marie Grignion de Montfort,
Le Secret Admirable du Très Saint Rosaire, n° 128

http%3A%2F%2Freflexions.mandonnaud.net%2Frosaire.php